2008 CONGRES DE VERSAILLES - CONGRES DE DUPES ?

Publié le par Patrick LEBORGNE

Je ne serai pas le seul à me déplacer à Versailles »   HENRI EMMANUELLI, député socialiste des Landes

Respecterez-vous la consigne de boycott du Congres ?
- Henri Emmanuelli. Non
. Nous nous sommes engagés à quatre reprises pour que l’adoption d’un traité impliquant des abandons de souveraineté se fasse exclusivement par référendum. Il n’y a qu’un seul moyen de forcer Nicolas Sarkozy à l’organiser, c’est d’aller au Congrès de Versailles et de voter contre la modification de la Constitution permettant la ratification par voie parlementaire. Toute autre solution est dilatoire. Dire : « le PS boycotte Versailles », c’est accepter qu’il n’y ait pas de référendum et laisser le champ libre au président pour sa manoeuvre.

Ne pas se déplacer à Versailles pour le Congres serait donc une erreur ?
HE : Je suis parlementaire. J’ai été élu par le peuple et je ne le priverai pas de sa souveraineté. C’est une question de crédibilité. J’ajoute que le groupe des députés socialistes n’a rien décidé du tout. Nous n’avons aucunement été consultés sur la question d’un éventuel boycott. Je laisse la responsabilité à Jean-Marc Ayrault de ses déclarations.

François Hollande confirme ce boycott…
HE : Je ne comprends pas. Je suis affligé. On ne peut pas dire dans le même temps qu’on veut un référendum et adopter une attitude qui, de facto, laissera les mains libres à Sarkozy. Où est la cohérence ? L’heure n’est plus aux renoncements, aux habiletés, à la confusion, voire à la duplicité.

Le PS prend-t-il le risque d’une nouvelle crise sur la question européenne ?
HE : Comme d’autres, j’ai fait l’effort dans le cadre de la synthèse du Mans de dépasser les divisions fratricides entre les partisans du oui et ceux du non moyennant l’engagement de rester ferme sur l’exigence d’un nouveau référendum. Or cet engagement n’est pas tenu. Les risques sont lourds. Je ne serai pas le seul à me déplacer à Versailles. Je pense même que des parlementaires qui avaient voté oui à la Constitution européenne le 29 mai 2005 seront très choqués et iront au Congrès voter contre la révision.

Propos recueillis par E.H.

Je partage les propos d'Henri Emmanuelli,  je me permets même de rajouter que si nous voulons stopper le changement de société, au seul profit des plus riches qui s'opère depuis 2002 et s'emplifie depuis l'élection de Sarkozy, il ne faut pas une voix manquante pour le non.

Certains de mes camarades du parti considèrent que je mélange tout, que l'Europe doit être déconnectée de la politique intérieure, qu'il est impératif que nous ayons des institutions européennes, certes, mais c'est au peuple de trancher, point c'est tout.

Devant tant de mauvais coups portés en direction des plus fragiles (franchises médicales - perte de pouvoir d'achat - travailler plus pour gagner moins - protection sociale - le retour à la lettre de cachet - demain la disparition du code du travail et après demain l'augmentation de la TVA, de la CSG et du CRDS)
Devant une opposition syndicale et politique inaudible et une population résignée et fataliste, que faut-il faire ?

IL FAUT S'OPPOSER AUTREMENT- FERMEMENT, c'est pourquoi voter non à Versailles remobilisera le peuple et lui redonnera confiance.

Patrick


 
.

Publié dans capagauche35

Commenter cet article