TEMOIGNAGE

Publié le par Patrick LEBORGNE

Courrier adressé à Ségolène Royal et publié sur son site. Je ne résiste pas non plus à cette publication, cela vaut les plus beaux discours et argumentaires. J’en appelle au réveil citoyen des électeurs sarkozistes déçus, car il doit bien il y en avoir… 
Puisque, même le candidat UMP à la Mairie de Rennes ne se revendique plus de lui, alors qu’il était le président de son comité de soutien. Alors aux 53.3% d’électeurs de Sarko je leur dis, rejoignez nous, vous avez toute votre place dans un vote progressiste. Marseille, Toulouse, Bordeaux, Strasbourg, St Brieuc, Quimper et Rennes devront avoir demain un Maire de gauche. 
Patrick 
*********************
Madame,

Je suis toujours avec grand intérêt votre parcours. Âgé de 72 ans avec mon épouse, nous avons élevé neuf enfants et actuellement nous avons douze petits enfants.

Je suis très inquiet sur l'avenir et surtout sur le pouvoir d'achat et les charges que nous subissons. Depuis combien d'années, devons-nous faire des efforts pour sauver la sécurité sociale ?

La franchise qui nous subissons ne sera pas une économie bien au contraire, moi-même opéré de deux cancers, diabétique et cœur malade, j'ai un lourd traitement à raison de 23 boites par mois, plus le laboratoire et les consultations. Malgré mes 100%, certains médicaments ne sont pas remboursés. Nous avons une petite retraite de 1350 euros par mois, le loyer, le gaz, l'électricité, les impôts, notre mère de 90 ans en maison de retraite, nous avons aussi une participation à ses frais et nous vivons sans faire d'extra. Nous ne sommes pas les seuls malheureusement, je vois des personnes jeunes et âgées fouiller les poubelles des grandes surfaces.

Pour 2008, j'ai été obligé d'arrêter ma complémentaire et je ne pourrais pas prendre tous mes médicaments, donc je me rendrais à l'hôpital pour me faire soigner, ce qui ne sera pas une économie. Le forfait journalier étant sans complémentaire, je demanderai une aide avec la honte d'en arriver là à 72 ans.

Je n'espère pas aller jusqu'à la fin du mandat présidentiel vu ma maladie qui s'aggrave, mais j'espère et surtout, je souhaite le jour où vous arriverez au pouvoir, que vous penserez à toute cette misère. J'ai travaillé à 14 ans et j'ai fini à 60 ans pour une retraite de misère. Ma femme avec 9 enfants ne travaillait pas et ça ne lui a pas rapporté grand chose, si la médaille française.
Je m'excuse de cette présente, mais j'ai besoin de m'exprimer.

Je vous prie de croire, Madame, à ma très respectueuse considération.

Monsieur Georges P.

Publié dans capagauche35

Commenter cet article