Grenelle de l'Insertion

Publié le par Patrick LEBORGNE

Alors que le Grenelle de l'Insertion se termine aujourd’hui mardi et doit rendre publique ses préconisations, les confédérations syndicales estiment que les réformes à engager "aux plans législatif et contractuel doivent faciliter l'accès de tous au travail, à l'emploi durable et de qualité" et permettre la mise en œuvre d'une politique coordonnée en faveur de l'insertion sociale.


Les syndicats demandent que les réformes ne se limitent pas à la seule insertion professionnelle mais prennent également en compte la santé et le logement.

Entamé en novembre 2007 sous l'égide du Haut commissaire aux Solidarités actives Martin Hirsch, le "Grenelle de l'Insertion" a réuni l'Etat, les partenaires sociaux et les associations caritatives et d'aide aux personnes en situation de précarité pour tracer des pistes de réformes en matière d'insertion professionnelle. Ses travaux seront clos mardi au ministère du Travail à Paris en présence de

François Fillon.


Le Grenelle de l'Insertion, dans un document de travail dont Associated Press a obtenu une copie, préconise notamment que la politique d'insertion en France soit repensée de manière à assurer une coordination effective entre tous les services qui y prennent part.

Dans un communiqué commun diffusé lundi, les confédérations CGT, CFDT, CFTC, FO et CFE-CGC "tiennent à insister sur l'approche multidimensionnelle de l'insertion sociale et professionnelle, sur son articulation avec la politique de l'emploi, de formation professionnelle et de protection sociale, dans la perspective d'une sécurisation des parcours ouverte à toutes et à tous".


"Les débats du Grenelle s'étant focalisés sur le thème de l'insertion professionnelle", poursuivent les syndicats, "

des prolongements devront être menés afin d'approfondir la problématique plus large de l'insertion sociale. L'accès au logement et aux soins, notamment, sont des thèmes qui ne peuvent être négligés", notent les syndicats.

Les organisations syndicales se disent "attachées à ce que le parcours d'insertion socioprofessionnel situe la personne au centre", et demandent que chaque personne "soit inscrite au Service public de l'emploi", qui doit naître de la fusion entre l'ANPE et l'UNEDIC.

Les syndicats estiment que la personne dans son parcours d'insertion professionnelle doit "être accueillie, informée, accompagnée, orientée par un référent unique, désigné par le Service public de l'emploi, soutenu par une équipe pluridisciplinaire".


Les syndicats annoncent qu'ils seront "vigilants" pour que les "réformes qui doivent découler du Grenelle se traduisent par une meilleure prise en compte des usagers et par un véritable équilibre entre les droits et les devoirs, sans remise en cause des droits sociaux fondamentaux" alors que le gouvernement prépare un durcissement des sanctions à l'encontre des chômeurs qui refuseraient deux offres d'emploi "valables".


Enfin les syndicats veulent "que les travaux du Grenelle débouchent sur une véritable mobilisation et coordination de l'ensemble des acteurs: l'Etat, les employeurs, les collectivités territoriales, les organisations syndicales, les associations et structures d'insertion". (sources : Associated Press)


Vincent BAUDOIN

Publié dans capagauche35

Commenter cet article