Politique Linguistique de la Région Bretagne Année 2007

Publié le par Patrick LEBORGNE

     Intervention de Marie-France KERLAN-GUEZO    
                    
                                                (UNSA)

 

 

 

 

 

 

Bilan de la Politique Linguistique de la Région Bretagne Année 2007

 

 

Nous avons pris connaissance avec beaucoup d’intérêt du bilan de la politique linguistique de la Région pour l’année 2007. Nous avons noté une réelle ambition de maintenir, voire de développer, les langues régionales tant par leur enseignement que par l’utilisation  en matière de communication dans la vie publique.

L’UNSA  dit oui au soutien des filières bilingues , oui au soutien aux centres de formation des enseignants qui se destinent à ces filières , oui aux bourses à des étudiants s’orientant vers ces préparations, oui aussi à l’aide apportée à Divskouarn qui veut développer l’utilisation de la langue bretonne avant la scolarisation. Nous sommes, en effet, en accord avec ces actions dans la mesure où elles participent à ce maintien du patrimoine culturel que constituent ces langues de notre région.

Au-delà de l’avis de la commission mixte d’évaluation , nous nous posons, néanmoins la question de savoir si  les actions menées et les résultats obtenus sont bien à la hauteur de l’investissement financier ? Des éléments complémentaires d’analyse seraient nécessaires pour bien appréhender la question.

.Pour autant, il nous paraît aussi fondamental que tout ce qui est fait  par la région dans ce domaine doive impérativement rester une porte ouverte à tous. Il serait contraire aux principes d’égalité et de justice que nous défendons, que ce soit l’inverse qui se produise et que nous aboutissions , sans volonté délibérée, nous le concédons, qu’une discrimination (l’inverse de celle évoquée par Mme McDougall dans son rapport de mission) se fasse à l’égard d’une majorité de bretons et de bretonnes. A ce sujet , nous comprenons la position des CAF du Morbihan et d’Ille et Vilaine sur la non reconnaissance de certains centres d’Accueil et de Loisirs, dans la mesure où  elle  traduit la volonté du respect de l’égalité d’accès pour tous.

Dans le même esprit, nous ne pouvons être en accord sur le fait que le versement d’une aide exceptionnelle à Diwan soit proposé comme une « recapitalisation de l’association ». Ce terme a d’ailleurs motivé nombre d’abstentions, dont la nôtre, en commission Formation, lors de la discussion du chapitre 721 de la Décision Modificative.

Sans être en désaccord avec les engagements de la Région, L’UNSA continuera de suivre avec beaucoup d’attention  l’application du plan de politique linguistique..

Publié dans capagauche35

Commenter cet article