CENSURE, Le film sur TF1 que vous ne verrez pas à la télé

Publié le par Patrick LEBORGNE

Gazette 38. Le film sur TF1 que vous ne verrez pas à la télé

Vous ne verrez pas ce film à la télévision. Vous avez même failli ne pas le voir du tout. Il faut dire que le sujet est explosif. Jugez plutôt : les coulisses, les trucs et les subterfuges de feue l’émission « Y’a que la vérité qui compte », de Bataille et Fontaine, sur TF1. Pendant plusieurs mois, deux réalisateurs, Oren Nataf et Isabelle Friedmann, ont donc filmé les coulisses de cette émission. Furieux du résultat, Bataille et Fontaine ont tenté de le faire interdire : sans succès. A l’époque,
nous avions suivi de près ces péripéties. La censure des chaînes de télé a été plus discrète, mais plus efficace : pas une n’a accepté de le diffuser. Le film, « 20 minutes de bonheur », sort donc dans quelques (rares) salles de cinéma. C’est un excellent document sur les recettes de fabrication d’une émission de la télévision grand public. Son histoire est aussi passionnante que le film lui même.

 

« Si Bataille et Fontaine ne nous avaient pas attaqué en référé, le film ne serait jamais sorti » nous raconte drôlement Oren Nataf, sur notre plateau. L’émission est ici .Nous vivons, du point de vue de la liberté d’informer, une curieuse époque. Certes, rien n’a officiellement changé. Et pourtant ! Dans la même semaine, on voit la totalité des médias traditionnels faire silence sur la visite semi-clandestine de Tapie à l’Elysée, révélée par des médias en ligne ; deux dirigeants de la chaîne publique France 24 renvoyés sous des prétextes futiles (coïncidence, l’un d’eux avait écrit un livre hostile à Kouchner en…1993) ; un préfet interdire l’accès à des conférences de presse à des journalistes d’une radio locale publique. Aucun rapport ? Peut-être. Mais tout de même, se dégage de l’ensemble un curieux parfum d’impunité (d’un côté) et de peur (de l’autre côté). De ce climat, nous sommes heureusement préservés, puisque nous ne

dépendons…que de vous, et nous nous en félicitons tous les matins.

 

Daniel Schneidermann

Publié dans capagauche35

Commenter cet article

Mado 22/09/2008 20:02

Les seules censures qui vaillent sont celles que l'on s'inflige en conscience.