Quand le service public se prend les pieds dans le tapis. Histoire vraie.

Publié le par Patrick LEBORGNE

Quand le service public se prend les pieds dans le tapis.

 

Histoire vraie.

 

Le lieu : une grande Ville

 

L'action : un déplacement d'astreinte pour une mise en sécurité électrique.

 

Un accident de circulation tout bête, une voiture heurte un candélabre qui traversait la route, ce lampadaire une fois au sol et la voiture immobilisée. Il faut au moins mettre en sécurité l'installation électrique, enlever le poteau et la voiture.

 

La police appelle donc le dépanneur et l'astreinte de la commune,  comme c'est un mauvais jour, le Camoin atelier crève un pneu…. L'ouvrier demande donc au cadre d'intervenir, rapidité, sérieux et sérénité chez les communaux.

 

Voici donc notre cadre d'astreinte sur place. Seulement, il n'a pas d'outils, normal,  son véhicule est une berline. Pas grave, un dépôt de la Poste se trouve à proximité, et chance inouïe, un agent est à la porte entrain de fumer. Géniale cette loi interdisant  de fumer, ce qui permet à mon camarade de demander le prêt d'une pince coupante…

 

…"attendez je demande à mon collègue"…

 

Le collègue :

 

…" la maintenance est assurée par le privé, il ne travaille pas le week-end et les outils sont sous clefs"…

 

Souhaitons qu'il n'y ait pas de problème particulier le week-end dans ce dépôt de la Poste…

 

C'est ça le service public à la Sarkosy  depuis 2002 , du vent, rien que du vent ….

 

Cela c'est réellement passé le 20/12/2008 au matin dans une agglomération de 200000 habitants. Rassurez-vous le service public communal, lui, fonctionne à la perfection.

 

 

Patrick LEBORGNE

Publié dans capagauche35

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article