Lettre ouverte au Président qui ne s'occupe que de ses copains.

Publié le par Patrick LEBORGNE

Lettre ouverte au Président qui ne s'occupe que de ses copains.

 

 

Monsieur le Président Sarkozy

Vous avez été élu suite à une succession de discours et de promesses toutes plus obséquieuses les unes que les autres. Après avoir usé de la triangulation vous avez donné dans le communautarisme, avec les résultats que l'on connaît.

 

La seule constance dont vous faite preuve sont les cadeaux faits à vos proches, dans quel monde vivons-nous ? le peuple va-t-il supporter encore longtemps vos discours vide de sens mais tellement riche en idées antinomiques ?  Votre courage d'agir va-t-il continuer à ne  s'adresse qu'aux plus riches ?

 

Depuis 4 semaines la Guadeloupe  est paralysée, un syndicaliste vient d'être abattu, et c'est seulement cet après midi que le ministre (sinistre) de tutelle Mme Alliot Marie daigne convoquer une réunion… Alors que tout le monde s'accorde à dire et pense que l'Ile est au bord de l'explosion. Combien de gendarmes et policiers, de syndicalistes, de manifestants devront se faire assassiner pour que vous interveniez ? Vous le champion d'une idée par discours et déplacement qu'attendez-vous ? Ce n'est pas le fait d'avoir envoyer Y Jego l'inopérant sous secrétaire avec deux conciliateurs qui aura permis de calmer le jeu. Mais peut être ignorez-vous Sieur Nicolas, que près d'un jeune sur deux est au chômage en Guadeloupe ???  Ces jeunes ne sont pas tous des délinquants, par contre ils sont tous désespérés.

 

Mais il est vrai que lorsque l'on parle "de Karcher" ou que l'on s'exprime dans le style :  "casses-toi pauvre con"  ou qu'un de vos amis nous explique que si à 50 ans on n'a pas de rolex c'est que l'on n'a pas réussi sa vie… on ait du mal à répondre à la quotidienneté des gens d'en bas. Avec de tel propos et un tel entourage, je doute que les bonnes mesures soient prises dans ce pays pour rétablir un bon ordre social.

 

Il est vrai que les émeutes ne profitent jamais à la gauche, mais toujours à la droite. Comme l'histoire ne se répète pas, le peuple fera cette fois le bon choix, et nous sortira de cette république bananière où vous entraînez la France.


Sur ce Monsieur le Président, je me casse, car je suis un pauvre con !

Patrick LEBORGNE

Publié dans capagauche35

Commenter cet article

Madoré 18/02/2009 18:55

je n'aurai qu'un mot: BRAVO PATRICK !