LES EXPERTS FINANCIERS DE SARKOBUSCH SE PRENNENT LES PIEDS DANS LE TAPIS

Publié le par Patrick LEBORGNE

 
Bataille de chiffres sur le programme de Sarkozy
        
                                         
PARIS (AP) - L'UMP trouverait-elle son candidat à l'Elysée trop "panier percé"? "Le Monde" croit savoir vendredi que les responsables budget du parti majoritaire auraient poussé Nicolas Sarkozy à revoir à la baisse ses promesses électorales jugées dispendieuses. Cette information, aussitôt démentie par son équipe de campagne, a été tout aussi rapidement récupérée par le PS, qui décerne à l'adversaire de Ségolène Royal le titre de "plus grand endetteur de la Ve République".
D'après l'Institut de l'entreprise, une association pilotée par une vingtaine de chefs d'entreprise et présidée par Michel Pebereau, patron de BNP Paribas, les propositions de Nicolas Sarkozy coûteront près de 49 milliards d'euros, certaines mesures n'ayant pu être chiffrées.
Les "budgétaires" de l'UMP, Pierre Méhaignerie, Gilles Carrez et Alain Lambert, ainsi que Christian Blanc, auraient donc "raboté certaines propositions pour s'en tenir au plafond de 30 milliards de dépenses nouvelles sur cinq ans", affirme "Le Monde" dans son édition datée de samedi.
Lors d'une réunion jeudi, ils auraient proposé de retarder certaines mesures - comme le bouclier fiscal à 50% (au lieu de 60% des revenus actuellement) ou les allocations familiales dès le premier enfant. Ils auraient aussi suggéré de revoir à la baisse d'autres propositions, notamment sur l'exonération des droits de succession, selon le quotidien.
Les quatre hommes cités ont formellement démenti. Dans un communiqué, ils ont réitéré leur "total soutien au programme présenté par Nicolas Sarkozy" qui est, selon eux, "parfaitement finançable sur les cinq ans qui viennent".
Les "mesures prioritaires" du candidat UMP sont évaluées à 31,7 milliards d'euros, dont 14,6 milliards d'allégements d'impôts, précisent dans un autre communiqué ses porte-parole Rachida Dati et Xavier Bertrand. "Ces dépenses nouvelles (...) ne creuseront pas le déficit public", assurent-ils. "Elles seront en effet intégralement financées" en redéployant "les dépenses inutiles vers les dépenses utiles". Les porte-parole notent que cela ne représente que 5,4% des dépenses totales de l'Etat, qui s'élèvent à 590 milliards d'euros. Cette "réorientation" requiert, à leurs yeux, "un effort parfaitement soutenable".
Rachida Dati et Xavier Bertrand reviennent par ailleurs sur la baisse des prélèvements obligatoires. Le candidat UMP a promis le mois dernier de les faire passer de 45,3% du PIB actuellement à "la moyenne de l'Union européenne à Quinze", c'est-à-dire 41% du PIB. Cette réduction de quatre points est "un objectif" dont seulement une partie sera réalisée "dès le début de la mandature", précisent ses porte-parole. Nicolas Sarkozy "estime possible de mener à bien" cette baisse de quatre points des prélèvements obligatoires "sur dix ans", autrement dit sur deux quinquennats.
Lors de sa visite à La Réunion, le candidat UMP a affirmé vendredi que l'Etat ne s'endetterait pas pour tenir cette promesse, jugeant qu'il serait bien "original de faire un emprunt pour financer une baisse d'impôts".
Ce qui n'empêche pas le porte-parole du PS Julien Dray de fustiger sa "véritable fuite en avant budgétaire". "Nicolas Sarkozy est le plus grand endetteur que la Ve République ait connu", dénonce celui de Ségolène Royal, Arnaud Montebourg. "L'équipe Sarkozy au pouvoir depuis cinq ans nous laisse 300 milliards d'euros de dette" et le candidat UMP "s'apprête à fabriquer 112 milliards de dépenses non financées supplémentaires".
"Même ses propres amis ne peuvent plus le laisser faire", commente le porte-parole de la prétendante socialiste à l'Elysée. Ségolène Royal avait été embarrassée par la démission d'Eric Besson mercredi soir de son poste de secrétaire national à l'Economie du PS, en pleine polémique sur le chiffrage de son programme. AP
Commentaire :  Nous connaissions Chirac le menteur, Sarkozy l'excité,  nous avons droit désormais à Sarkobusch l'irrespectueux.   Patrick

Publié dans capagauche35

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article