RETRAITES

Publié le par Patrick LEBORGNE

RETRAITES

 

Tout le monde politique y va de son crédo, beaucoup oublie l'essentiel et ne prenne en compte que ce qui arrange leur discours ou petite personne !

 

De quoi s'agit-il, non pas d'un chiffon rouge que l'on agite, mais de constater qu'à l'aube des années 2025-2030 nous aurons 1,5 cotisants pour un retraité, avec une espérance de vie grandissante. C'est le dire des experts.

Je ne le suis pas, pas plus que médecin ou statisticien, mais comme beaucoup je constate que bon nombre de personnes s'excluent du système de santé. 

Se soigner et payer une complémentaire maladie avec des dépassements d'honoraires et des diminutions de remboursements revient de plus en plus cher pour les smicars. Les conditions de travail sont de plus en plus mauvaises, les salaires de plus en plus bas, le chômage de plus en plus présent, les conditions de vie de plus en plus dures et on continue de nous parler d'allongement de la durée de vie en 2050. Permettez mois, malheureusement d'en douter, sauf pour les bénéficiaires du bouclier fiscal,  à moins que les socialistes reviennent d'urgence au pouvoir en 2012 (ce que je crois) pour enrayer cette chute …

Par conséquent je considère que l'argumentaire de l'allongement de la vie est dangereux, et ne doit pas bénéficier d'autant de faveur.

 

Nous produisons de plus en plus de richesse avec de moins en moins de monde au travail, paradoxe de nos sociétés modernes. Cette richesse il ya trente ans était répartie inégalement entre les possédants et le salariat, aujourd'hui ce sont les fonds de placements qui se taillent la part du lion et les travailleurs quasiment rien.

Donc produire plus avec de moins en moins de monde au travail, il ya matière à trouver une partie du financement des retraites. C'est une question de bon sens. Seulement Nabotsarko et ses copains du MEDF ainsi les bénéficiaires du bouclier fiscal ne l'entendent pas de cette oreille. D'où le battage et la "trouille-attitude"  organisée par le gouvernement et les médias.

 

Comme je crois à la sagesse populaire ainsi qu'à celle des socialistes, avant de parler et de réfléchir à toute modification de l'âge et des conditions de départ en retraite, répondons collectivement à cette question :

 

" Quel part du PIB doit-on imposer aux entreprises pour assurer la pérennisation de la retraite par répartition ? "

 

Ce qui n'exclut pas de travailler sur la pénibilité du travail, l'âge légal, la durée de cotisation etc…. Mais le tout doit former un ensemble indissociable, respectant l'esprit des pères fondateurs de notre protection sociale.

 

Patrick LEBORGNE

Publié dans capagauche35

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Daniel Heurtault 17/02/2010 17:51


Patrick,

Si les Français font peu confiance au gouvernement (21%) selon une enquête réalisée par Baromètre Métro-Krief Group, ils sont seulement 14 % à faire confiance à "l'opposition de
gauche". Sans vouloir donner un crédit important à cette enquête, cela doit nous interroger malgré tout sérieusement.


Elue dans les conditions que l’on connaît notre Première secrétaire n'a toujours pas remis le Parti Socialiste au travail sur les grands problèmes posés au pays. Et le laboratoire des idées
semble patiner sur cette question.


Après une tentative d'ouvrir le dossier des retraites en se prononçant en faveur d'une remise en cause de la retraite à 60 ans, elle a plutôt amené la confusion dans nos rangs, même si elle s’est
rattrapée par la suite…


Il semble que le nième rapport du C.O.R donne des pistes de solutions pour régler une fois pour toute cette question récurrente. Aidées de ce diagnostic que tout le monde semble partagé, les
organisations syndicales devraient se mettre d'accord pour faire des propositions sérieuses, que le Parti pourrait valider. Sinon c'est au politique de prendre la main et de
décider.
Peut-être faudrait-il commencer à bosser?



Pépé 16/02/2010 14:30


Pas de honte, il faut avancer dans cette direction, nous n'avons aucune hésitation à avoir. La spécuklation doit payer